Quelle autonomie donner aux enfants en fonction de leur âge ?

Apprentissage Parents Ressources

Votre fils grandit et veut aller acheter du pain tout seul, ou votre fille vous demande d’aller à l’école à pied avec ses amis… Peut-il le faire ? Un enfant n’accepte pas soudainement juste parce qu’il a huit ou dix ans. Les enfants ne sont pas capables de se prendre en charge du jour au lendemain. L’autonomie s’établit progressivement, en fonction du développement et de la maturité.

Comment les enfants grandissent ?

Comment rendre notre enfant autonome ? Principalement en l’aidant à se faire confiance. Parce qu’être autonome, c’est pouvoir se séparer et être seul en toute tranquillité d’esprit. Si votre enfant revendique l’autonomie, vous pouvez faire de petits tests pour que, petit à petit, il puisse gérer différentes situations.

Quand laisser l’enfant seul à la maison ?

Avant de penser à l’autonomie externe, il est nécessaire de vérifier sa capacité à être autonome dans un cadre connu : la maison. Si votre enfant de 7 ou 8 ans a du mal à rester seul à la maison pendant que vous allez à la pharmacie, il n’est pas encore prêt à sortir seul dans la rue. Vous devez d’abord travailler avec lui pour surmonter l’agitation naturelle qu’il peut ressentir lorsqu’il est seul dans un endroit familier. Il doit s’habituer aux petits bruits qu’il entend, contrôler le temps qu’il passe, etc. La première chose à faire est de s’absenter un court moment : sortir les poubelles ou garer la voiture, par exemple.

Premières sorties avec l’enfant

La deuxième étape consiste à envoyer l’enfant seul pour faire quelque chose sur le périmètre de l’immeuble : ramasser le courrier, porter les ordures sur le trottoir ou porter un sac chez le voisin. Ces allées et venues sur un terrain familier l’aideront à se sentir important et à prendre confiance. Bientôt, vous serez prêt à passer à l’étape suivante : devenir autonome à l’extérieur.

Normes de sécurité pour l’enfant dans la rue

Pour bien se débrouiller à l’extérieur, les enfants doivent acquérir certaines compétences. Et ce sont les parents qui doivent leur transmettre les bases.

Pour qu’un enfant puisse vraiment s’éloigner du périmètre de sa maison et se rendre en toute sécurité à la boulangerie, il doit avoir intériorisé des règles de sécurité de base.

– Première règle : regarder avant de traverser la rue.

– Deuxième règle : ne parlez pas aux étrangers. Deux dangers que les adultes ont bien en tête, mais qui ne sont pas toujours aussi évidents pour les enfants, même à l’âge de 10 ans. Vous pouvez agir en deux étapes : baliser le chemin en plusieurs sections. La première fois, accompagnez-le à la boulangerie ; la deuxième fois, il suffit de traverser la rue avec lui et, la troisième fois, il peut y aller seul.

Les compétences sociales des enfants

Aller à la boulangerie est une chose. Obtenir le pain, c’est autre chose. Certains enfants, face à un adulte qu’ils ne connaissent pas, se retrouvent sans ressources. Les compétences sociales sont acquises, comme tout le reste. Là encore, il faut procéder étape par étape : la première fois, demandez le pain ensemble (vous apprenez aussi à le demander) ; ensuite, accompagnez l’enfant jusqu’à la porte du magasin et laissez-le se débrouiller seul, etc. Apprenez-lui aussi à demander de l’aide en cas de problème (mais surtout, insistez pour qu’il ne parle pas aux étrangers). Il est préférable de demander au vendeur, par exemple (il y a toujours un téléphone dans les magasins), que le premier piéton qui passe.

Comment guider l’enfant dans la rue ?

S’orienter dans la rue n’est pas si facile. Et même si l’enfant a fait le même voyage plusieurs fois, il peut ne pas être capable de le faire seul. Partez en expédition avec lui. Se réunir dans une rue qu’il ne connaît pas. Regardez une carte. Il est difficile… Vous ne comprenez pas. Vous devez demander : qui ? Il s’agit d’accompagner l’enfant dans de nouvelles situations et de le laisser trouver des solutions par lui-même. C’est la meilleure façon de lui faire rappeler quand il est seul. Et le jour où l’enfant sort seul, il doit avoir dans sa poche un morceau de papier sur lequel sont inscrits son nom et son numéro de téléphone à domicile.

Trois questions au psychologue pour enfants

En grandissant, l’enfant réclame de plus en plus d’autonomie, mais dans quelle mesure pouvons-nous la lui donner ?

Etes-vous pour ou contre le fait que les 7-10 ans aient un téléphone portable ? A cet âge, je suis contre. Un enfant n’acquiert pas la sécurité par télécommande. Rendre un enfant autonome, c’est réussir à lui transmettre une certaine sécurité intérieure qui, même dans une situation difficile, lui permet de trouver une solution adaptée. Cette sécurité intérieure repose sur des compétences que nous l’aurons aidé à développer (savoir demander, savoir s’orienter…), et non sur un téléphone portable.

A cet âge, peut-on les laisser sortir en groupe ? Sortir en groupe leur donne une sécurité contre le risque d’agression extérieure. Mais il est trop tôt pour les enfants de 7 à 10 ans : ils peuvent oublier les règles de sécurité de base (regarder avant de traverser, circuler) et, de plus, ils se dispersent facilement. À cet âge, il est préférable qu’ils aillent par deux à la bibliothèque, par exemple. Une attention particulière doit être accordée aux enfants les plus impulsifs qui peuvent plus facilement se mettre en danger.

Pensez-vous que les parents surprotègent leurs enfants ? Ils essaient de les protéger d’un environnement qui crée souvent de l’anxiété. Mais il est vrai qu’à l’extérieur, les dangers sont réels. Vous devez en parler avec vos enfants. Ne les surdramatisez pas et ne les contrariez pas, mais cela fait partie des règles de base de l’éducation. L’idéal est d’informer sans angoisser. La protection doit être justifiée. Nous devons essayer de ne pas surprotéger et de ne pas transmettre notre propre angoisse aux enfants.