Comment fixer des règles et des limites pour les enfants (lignes directrices sur la discipline des enfants)

Apprentissage Parents Ressources

Tous les parents ont pour préoccupation commune que leurs enfants soient aussi éduqués que possible. Cependant, ils ne savent pas quand et comment commencer à imposer la discipline.

Le fait est que, bien souvent, lorsque nous fixons des limites aux enfants, ils nous répondent, se mettent en colère, nous ignorent ou nous défient. Ils ont du mal à faire la distinction entre ce que nous sommes et ce que nous faisons. Ils nous disent souvent qu’ils ne sont plus nos amis, qu’ils ne nous aiment pas, que nous sommes mauvais… Mais leur ressentiment est momentané. Nous devons penser que lorsqu’il cessera d’être en colère, il nous aimera à nouveau pour ne pas tomber dans ce petit piège émotionnel que nos enfants nous tendent.

Vous voulez savoir quand commencer à fixer des règles et des limites pour les enfants ? Et, surtout, comment pouvons-nous éduquer nos enfants en utilisant des méthodes de discipline et en évitant de crier et de punir constamment ?

Conseils pour fixer des règles et des limites pour les enfants

Sur la question de l’éducation des enfants et de l’imposition de règles et de limites à leur égard, il n’y a aucun doute. Le meilleur héritage que nous puissions laisser à nos enfants est de leur apprendre à aimer, à les aimer et le sens de la discipline, à leur fixer des limites. Prenez note de ces conseils pour y parvenir :

– La discipline, c’est enseigner et non pas punir. Si nous nous contentons de punir, nous pouvons au mieux éviter un comportement, au pire le faire répéter pour attirer notre attention, et ne jamais faire apprendre à l’enfant l’autodiscipline.

– Il est difficile de fixer des limites de manière cohérente et efficace. Ce sera plus facile si les règles sont planifiées et convenues à l’avance par les parents, connues et assumées par les autres membres de la famille.

– Il est difficile d’être cohérent parce que les parents rencontrent parfois des comportements très difficiles chez leurs enfants et qu’ils ont une mauvaise journée (de grande tension ou de peu de repos) et cèdent pour avoir un peu de paix ce jour-là. Cependant, vous devez essayer de ne pas donner de messages contradictoires à votre enfant, les règles doivent être claires et doivent être appliquées.

Pour que la sanction soit efficace et efficiente, elle doit être courte. Le droit de l’enfant à être entendu, qui est contingent, doit être appliqué immédiatement après le comportement répréhensible et de manière cohérente en fonction de l’importance de l’incident et en respectant les sentiments de l’enfant. Car l’enfant sensible sera dévasté par des punitions qui seraient appropriées pour d’autres enfants plus actifs.

Discipline dans l’enfance

Les parents qui doutent de l’efficacité de la discipline seront aidés en sachant que l’enfant sent qu’il a besoin de discipline et qu’il la recherchera, en faisant de grands efforts pour forcer ses parents à lui imposer des limites. Vers la fin de la deuxième année, il commence à provoquer afin de les réaliser. S’il n’y a pas de discipline, il deviendra nerveux, se conduisant mal pour obtenir des limites parce qu’il sait qu’il est incapable de les fixer par lui-même.
Si les limites sont claires, ils les acceptent comme les leurs. Si elles sont données de manière douteuse, nous créons l’incertitude.

L’autodiscipline se fait en trois étapes : d’abord tester les limites, explorer, puis provoquer les autres à savoir ce qui est bien et ce qui est mal, et enfin intérioriser ces limites.

La discipline doit être adaptée au stade de développement de l’enfant. Si l’enfant a moins de deux ans, il sera nécessaire de le distraire pour qu’il puisse se consacrer à une autre activité. S’il est âgé de plus de deux ans, demandez-lui d’expliquer les raisons de son mauvais comportement, essayez de voir ce qui a causé le comportement inapproprié et essayez de lui faire comprendre. Et ils seront aidés à établir des mécanismes de contrôle des situations à l’aide d’un exemple.

Lorsque l’acte de discipline est accompli, il est nécessaire de raisonner ce qui est poursuivi avec lui. Si nous utilisons l’isolement comme punition, ce doit être pour une courte durée. Si nous leur infligeons des châtiments corporels, ils penseront que nous croyons en l’efficacité des comportements violents et nous leur en donnerons les raisons.

Lorsque la discipline ne fonctionne pas, vous devez vous demander si vous réagissez de manière inefficace à un fait très insignifiant. Il analyse quand ces comportements se produisent, ce qui s’est passé auparavant, qui était présent, où, comment ils ont réagi avant aux mêmes comportements.

Chaque fois que vous punissez l’enfant, dites-lui clairement que vous l’aimez mais qu’il ne peut pas se comporter de cette façon. Lorsqu’il se comporte bien, n’oubliez pas de le féliciter pour ce qu’il fait bien, de lui dire ce que vous avez aimé et de lui expliquer pourquoi. S’il a bien coloré, s’il a une bonne écriture, s’il se concentre bien, s’il est attentif, s’il a été gentil avec un ami, s’il s’est laissé habiller et soigner en toute tranquillité, s’il a mangé sainement, s’il a été affectueux avec son grand-père. Dites-lui que vous reconnaissez ses efforts, que vous êtes très fier de lui.