Signification du « non » chez les enfants de 2 et 3 ans

Apprentissage Parents Ressources

[ad_1]

Entre 2 et 3 ans, ce mot de deux lettres devient le préféré des enfants, qui l’utilisent souvent tout au long de la journée. Mais, selon le contexte, pas toujours avec la même signification…

Signification du non chez les enfants de 2 et 3 ans

Non, je ne veux pas de prendre un bain !

Le « non » qu’un enfant utilise pour éviter de se laver, de manger ou de s’habiller quand ses parents le lui demandent sert à calculer son pouvoir sur eux. Parviendra-t-il à les briser avec ce mot d’une syllabe ?

Ce serait une formidable victoire… Et s’ils ne cèdent pas, allez-vous au moins les faire entrer dans l’arène des négociations ? « Pas maintenant, attends encore un peu » ou, peut-être, « Oui, mais je me baigne avec mes jouets ».

Comment réagir ?

La difficulté consiste à trouver le juste équilibre dans la réponse que nous lui donnons : pas trop catégorique (parce qu’un enfant a besoin de voir qu’il peut intervenir dans le monde et ne pas se résigner à une soumission systématique), mais, en même temps, nous ne pouvons pas lui laisser croire qu’il a le pouvoir de décider de tout. Nous devons donc « neutraliser » son « non » en douceur et, si possible, avec humour. Par exemple, en faisant semblant de baigner sa poupée, mais sans perdre de vue notre autorité : « A la maison, nous avons décidé de Maman et Papa, et maintenant vous devez vous baigner aussi.

Non, je ne veux pas porter le pull rouge !

Bien sûr, « je veux porter le vert ». Dans ce cas, l’enfant essaie de réaffirmer ses goûts personnels et de montrer qu’ils sont différents de ceux de ses parents. Son « non » sur les vêtements peut être compris comme : « Écoutez-moi, je suis un adulte ».

Comment réagir ?

Avec ce « non », vous pouvez avoir des manches larges. Quelle différence cela fait-il si c’est rouge ou vert ? Au mieux, vous risquez que les couleurs de la tenue soient un peu trop fortes… Vous aurez le temps de découvrir l’harmonie des couleurs. Et entre-temps, vous aurez donné libre cours à vos goûts et progressé dans la construction de votre personnalité.

Non, je ne veux pas m’endormir !

« Parce que sous mon lit, il y a de mauvais monstres… » Vers l’âge de 2 ans, l’imagination commence à travailler à un bon rythme et vient s’imposer et déformer les limites de la réalité. Et c’est ainsi que les premières craintes surgissent. On regarde la télévision devant lui, il va chez ses amis : il découvre des choses et prend conscience de la complexité du monde. Tout cela peut également le mettre mal à l’aise.

Comment réagir ?

Nous pouvons lui offrir des références rassurantes et l’aider à tenir ses craintes à distance en étant avec lui à l’heure du coucher et en établissant un rituel à répéter chaque soir. Vous devriez également lui demander ce qui l’aiderait à avoir moins peur : mettre les animaux en peluche au lit, allumer une lumière ? Chacun a ses propres stratégies…

Non, non… et non !

Souvent accompagnés d’une crise de colère, ces non en chaîne servent à attirer l’attention. L’enfant sait que ses parents n’aiment pas du tout les crises de colère, mais il a besoin de savoir qu’il est aimé malgré son « non ».

Comment réagir?

En fin de compte, il vaut mieux ne pas y prêter trop d’attention et ne pas passer des heures à essayer de le convaincre de dire « oui » ou de négocier avec lui. Il vaut mieux lui accorder du temps et de l’attention, jouer avec lui et le câliner quand il abandonne « non ». Cela le rassurera de notre amour pour lui et lui fera comprendre que la confrontation n’est pas le meilleur moyen de le faire écouter.

[ad_2]

Sarah
Jeune maman de 3 enfants, je rédige des articles dédiés à l'éducation et l'apprentissage de nos jeunes enfants ! J'ai rejoint les équipes de AEF-Dmoz.org en 2019. Bonne lecture !
http://aef-dmoz.org/