Pourquoi mon fils est-il un tel charlatan ?

Apprentissage Parents Ressources

Les enseignants vous écrivent des avertissements parce que l’enfant n’arrête pas de parler en classe. Et, chez lui, son incontrôlable bavardage. Qu’y a-t-il à demander ? Comment l’aider ? Voici quelques conseils.

Prenez rendez-vous avec l’enseignant

Il ne se passe pas une semaine sans que l’enfant ne revienne à la maison avec une note de l’enseignant lui indiquant combien de discours en classe. Il est clair que tôt ou tard, il va nous demander de venir le voir. Pourquoi ne pas le faire ? En tout état de cause, la réunion sera instructive. Essayez de savoir à quel moment de la journée l’enfant est le plus bavard : quand il arrive à l’école ? à la fin de la journée, quand il est fatigué ? dans une matière particulière ? après le week-end, pendant le week-end, à tout moment ? Ces précisions vous permettront de mieux comprendre ce que votre enfant ressent : s’il est bouleversé par l’école, s’il s’ennuie, s’il ne trouve pas de place, s’il a des problèmes dans une certaine matière ou avec les règles de la vie en commun en général. Discutez avec l’enseignant pour savoir s’il s’agit d’un trait de caractère à surveiller ou d’un problème plus profond.

Le regarder avec ses frères

Une chose est sûre : le charlatan essaye de le faire remarquer. Il est intéressant de se demander pourquoi l’enfant assume la désagréable tâche de s’immiscer. L’écoute-t-on assez à la maison ? L’écoute-t-on trop ? Quelle est sa place dans la famille et parmi les frères et sœurs ? Pourquoi a-t-il besoin de parler tout le temps ou de parler en premier ? A-t-il des choses importantes à dire ? Observez les relations entre vos enfants et la place qu’occupe chacun d’eux. Demandez-vous aussi quelles sont les limites : jusqu’où devez-vous supporter le charlatan ? à quel point son incontinence verbale brise l’équilibre de la vie familiale ?

Enseigner le respect des autres

Punir un charlatan ? Je ne pense pas que ce soit la solution, souligne la psychologue Geneviève Henry. À cet âge, les enfants ne parlent pas excessivement pour provoquer, mais plutôt pour en souffrir. Ce qui se passe, c’est que l’enfant ne peut pas se contrôler, il ne peut pas arrêter de parler à son voisin. Il suffit de voir comment certaines personnes essaient de se taire en mordant les manches de leur pull ou en mettant du ruban adhésif sur leur bouche. Ces enfants ont besoin de nous pour les aider à canaliser ce qui les dépasse. Il faut leur apprendre à se respecter. Parler, c’est bien, mais parler sans cesse, c’est ignorer l’existence de l’autre. Parce qu’on ne se construit pas en écrasant les autres, au contraire, on se construit sur la richesse de l’échange…