Les mensonges

Apprentissage Parents Ressources

Avant de nous préoccuper des mensonges des enfants, nous devons en découvrir les vraies raisons.

Avant l’âge de 5 ans, ce n’est pas un problème. La raison en est qu’il est généralement le fruit de l’imagination, mais parmi les sept qui distinguent déjà parfaitement le vrai du faux, il faut y réfléchir.

Que faire face aux mensonges des enfants ?

Si elle est petite, vous n’avez pas à accorder d’importance à ce qu’ils disent. Leur imagination a une grande vivacité et parfois ils confondent l’imaginaire et la réalité et inventent des faits ou des choses. Nous pouvons leur répondre d’une manière qui leur fasse comprendre que nous partageons leur jeu. Ne me dites rien, vraiment ? et faites-lui voir petit à petit que les choses ne peuvent pas être comme il les dit, aidez-le à réfléchir à la réalité des phénomènes qui se produisent, afin qu’il puisse progressivement distinguer le réel, l’imaginaire et le plausible.

Vers l’âge de sept ans, les mensonges ont toujours une arrière-pensée et c’est ce qui nous intéresse vraiment. Il peut mentir par crainte de la réaction de l’adulte, auquel cas nous devons rectifier notre comportement autant que possible pour lui redonner confiance en notre amour et notre justice. S’il le fait pour se donner de l’importance, qu’il agisse et qu’on essaie de lui transmettre la confiance en soi, en le critiquant le moins possible et en mettant en avant tout ce qu’il fait de bien.

Les mensonges inquiétants sont ceux qui comptent pour faire punir les autres, dans ce cas il faut leur faire voir les conséquences de leur comportement. Et si elles sont très fréquentes, il est pratique de consulter un spécialiste.

Ce que nous ne devons pas faire : les mensonges de l’adulte

Si l’enfant vit dans un climat de sincérité, il est généralement imprégné de cette vertu, mais sinon, il saisira aussi les mensonges d’adultes donc.. :

*Nous ne devons pas utiliser le mensonge pour nous réconforter, pour éviter des efforts ou des situations gênantes, pour nous laisser seuls ou pour nous taire. Comme lui promettre quelque chose que nous n’allons pas tenir, le piéger en lui disant que nous n’allons pas sortir si nous le faisons ou lui dire que nous allons l’emmener ailleurs pour éviter un déplaisir, comme aller chez le médecin. Si nous ne pouvons pas garder quelque chose, nous devons lui expliquer les raisons et toujours lui dire la vérité même s’il pleure, car sinon il finira par perdre confiance en nos paroles.

*Nous ne devrions pas utiliser de mensonges sociaux, comme dire à quelqu’un au téléphone que nous ne sommes pas à la maison quand il est lourd ou pressé.

*Nous ne devons pas mentir pour faire du profit, pour obtenir un gain matériel, par exemple en abaissant l’âge de l’enfant pour qu’il ne soit pas obligé de payer les transports publics.

*Ne pas utiliser de mensonges de vanité, soit en nous louant devant les autres, les enfants se rendront compte que nous présumons sans fondement.

Guider les enfants en toute sincérité

Mentir, c’est mal. Mais il n’est pas non plus bon d’être trop sincère et de dire tout ce que vous pensez, car cela peut blesser l’autre personne et nuire aux relations interpersonnelles.

Sarah
Jeune maman de 3 enfants, je rédige des articles dédiés à l'éducation et l'apprentissage de nos jeunes enfants ! J'ai rejoint les équipes de AEF-Dmoz.org en 2019. Bonne lecture !
http://aef-dmoz.org/