Les enfants en grande demande : comment sont-ils et comment devrions-nous les traiter ?

Apprentissage Parents Ressources

Aujourd’hui, le terme « une forte demande« lorsqu’on parle d’éducation des enfants, en fait, les parents qui prétendent que leurs enfants font partie de ce groupe d’enfants. Lorsqu’il s’agit de parler de la forte demande d’enfants, il y a des opinions de toutes sortes. De ceux qui croient que ces enfants n’existent pas à ceux qui se sentent totalement identifiés à ces descriptions, et d’une certaine manière réconfortés et compris. D’autres ne savent même pas de quoi ils parlent.

Le pédiatre américain William SearsDe la même manière, il a inventé le concept de « bébé en grand besoin », car sa quatrième fille était totalement différente du reste de ses frères et sœurs, bien qu’elle ait utilisé le même système d’élevage. Ce fait fait fait qu’en plus de ne pas très bien comprendre la situation, il perçoit certaines étiquettes et préjugés des gens de son environnement, qui commencent à valoriser la difficulté qu’implique de traiter sa fille par ses particularités. Elle décide donc de l’accepter sans essayer de la changer, de l’aimer telle qu’elle est. De ce fait, il se consacre à aider les parents qui vivent la même situation que leurs enfants avec des méthodes d’éducation spécifiques qui, dans certains cas, ont rompu avec le prototype conventionnel qui était normalement conseillé pendant les premiers mois ou les premières années de la vie d’un enfant.

Comment se porte la demande des enfants ?

Un grand nombre de familles ont l’intention de empêcher vos enfants de vivre ces expériences négatives qu’ils ont vécu, ils essaient d’aplanir le chemin, d’éliminer les obstacles, de leur faire passer l’angoisse ou toute sorte de peur… en bref, ce que font ces parents, c’est surprotéger. Et cela ne signifie pas que nous rendons vraiment service à nos enfants ; il n’est pas facile de réaliser que malgré les liens émotionnels intenses qui existent, nous devons leur donner une bonne éducation en évitant cette surprotection qui les affaiblit fondamentalement ; le fait qu’ils pleurent ou se mettent en colère implique une décharge de caractère émotionnel qui est nécessaire aux êtres humains et il nous appartient de les empêcher d’utiliser ces colères pour miner notre résistance et obtenir ce qu’ils veulent.

Quand on pense qu' »il aura le temps de souffrir », « il y a déjà assez de problèmes pour ne pas lui donner ce caprice… », on ne facilite pas une structure ordonnée dans le développement maturatif et affectif de l’enfant ; évidemment, quand il est tout petit, sa dépendance est absolue vis-à-vis des parents, essentiellement de la mère ; mais en grandissant, il convient de « lâcher la corde » malgré le fait que cela suppose pour les parents une sensation d’agitation, d’anxiété ou même un certain vide. Aller à l’école seul lorsqu’il est assez grand pour le faire, lui permettre de sortir avec ses amis pendant un certain temps encore ou le laisser passer la nuit chez un camarade de classe sont des situations que nous devrons tôt ou tard assumer, ce qui n’implique pas d’ignorer ou de ne pas être attentif à l’attitude et au comportement de l’enfant ; ce que cela implique, c’est la nécessité d’accepter que nos enfants grandissent et qu’ils doivent prendre en charge des situations et résoudre des problèmes qui se poseront à l’avenir et que nous ne pourrons pas toujours partager.

Nous avons trouvé quelques caractéristiques communes pour définir ce que l’on appelle le « les enfants en demande » :

  • Ils doivent être près de l’adulte sur une base continue. Ils ont besoin d’un contact physique, exigent d’être tenus, de coucher avec l’adulte…
  • Ils sont instable et ils sont presque toujours actifs. Un esprit toujours attentif et agité, comme s’il demandait continuellement des stimuli…
  • Vous avez haute énergieParfois, ils épuisent l’adulte. Ils sont énergiques dans tout ce qu’ils font, pleurant, mangeant, riant, protestant…
  • Ils sont présentés curieux e intense.
  • Exigeant. Ils n’acceptent pas le déni comme réponse.
  • Ils sont imprévisibleles astuces qui marchent certains jours ne marchent pas d’autres jours…
  • Ils sont hypersensible au bruit et à la stimulation de l’environnement
  • Ils manquent maîtrise de soi et l’autorégulation émotionnelle
  • Ils ont du mal à faire face à nouvelles demandes parce qu’ils sont habitués à ce que leurs demandes soient satisfaites
  • Ils ne consentent guère à être sans la la présence continue de votre aidant principalgénéralement la mère.
  • Insatisfaits. Ils ne semblent jamais être satisfaits de ce qu’ils ont ou de ce qu’ils obtiennent,
  • Ils ne savent pas s’installer par eux-mêmes. C’est comme s’ils ne pouvaient pas se passer de se détendre de quelque manière que ce soit et qu’ils avaient toujours besoin de l’aide des parents pour y parvenir.

Beaucoup d’entre nous ont tendance à anticiper les actions de leurs enfants et ne leur permettent pas d’agir ou de faire d’autres choses qu’ils pourraient faire seuls. Nous pensons qu’ils n’ont toujours pas la capacité d’autonomie et nous assumons les responsabilités qui vous incombent pour vous éviter de vous blesser, par commodité pour obtenir des résultats plus rapidement ou parce que nous n’avons pas confiance en votre capacité de réaction.

Les enfants apprennent à être autonomes grâce aux petites activités quotidiennes qu’ils vont développer à la maison, à la crèche ou à l’école et ils veulent grandir, ils veulent montrer qu’ils sont plus âgés à tout moment ; notre mission de parents est basée sur la promotion de tâches qui aident les enfants à montrer leurs capacités : Mettre les couverts sur la table, récupérer sa chambre ou manger seul sont des actions qui aideront les enfants à se placer dans l’espace qu’ils habitent et à se sentir utiles et impliqués au sein de leur propre famille.

Comment agir avec un enfant très sollicité ?

Conseils aux parents pour l’éducation de leurs enfants très sollicités :

  1. En priorité, ils ont tendance à se frustrer facilement. Il est important de leur apprendre à tolérer la frustration.
  2. Maintenir notre propre énergie peut également nous aider dans votre éducation. Nous avons besoin de moments de repos et de déconnexion en déléguant nos fonctions, cela nous fera revenir avec les batteries chargées.
  3. Utilisez des directives de discipline positive et accompagnez-les sur le plan émotionnel.
  4. Répondre avec calme, fermeté, amour et compréhension est souvent plus efficace que de mettre en évidence des comportements négatifs.
  5. Établir des limites cohérentes et consensuelles, mais cohérentes. Attention à ce que nous disons à nos enfants et à ce que nous faisons ensuite, nous ne pouvons pas céder à tout ce qu’on nous demande, car cela se déséquilibrerait et conduirait à l’insécurité et à l’angoisse.
  6. Évitez les disqualifications ou les commentaires péjoratifs sur votre façon d’être, méfiez-vous des critiques… Votre l’estime de soi et la maîtrise des émotions peuvent être endommagés.

Bébés « à forte demande

En fait, ce terme est utilisé aujourd’hui non seulement pour définir certains bébés, mais au contraire, il a été étendu aux enfants jusqu’à 11 et 12 ans. Il décrit un profil spécifique d’enfants suractifs et il semble que rien ne les divertisse ni ne satisfasse leurs désirs, avec une dépendance totale de l’adulte, notamment de la figure d’attachement de leur mère, dont ils exigent l’approbation et un contact physique constant.

Comment le concept de « forte demande » a-t-il vu le jour ?

La première personne qui a commencé à parler des bébés normaux se comportant différemment de la normale a été le pédiatre William SearsIl est également l’auteur du terme Attachment Parenting, qui a montré à tous les parents du monde entier que les bébés peuvent être élevés avec un grand soin pour le lien qui les unit à leur bébé.

La raison pour laquelle il a inventé ce terme est que sa quatrième fille Haydenelle s’est avérée être une fille très différente de ses trois frères. Ils ont vu qu’ils ne pouvaient pas la lâcher un seul instant, qu’en la quittant, elle s’est mise à pleurer, que l’allaitement n’était pas seulement de la nourriture, mais un moyen de réconfort pratiquement continu, et qu’elle n’acceptait pas les substituts : juste les bras et la poitrine de maman ils m’ont fait me sentir calme.

Lorsque, face au doute qu’elle était un bébé normal, ils ont envisagé l’option de voir ce qui se passerait s’ils la laissaient pleurer, il s’est avéré que non seulement elle ne pleurait pas moins, mais qu’elle pleurait de plus en plus, comme si cela n’avait pas de fin, et ils ont commencé à l’appeler « la fille au velcro » (chez moi, par exemple, Miriam a commencé à dire que Jon était « son satellite », orbitant autour d’elle tout le temps, jour et nuit).

Ils ont commencé à comprendre qu’il y a des enfants beaucoup plus exigeants.

Grâce à sa fille, ils ont compris qu’il y a des bébés qui ont des besoins affectifs plus importants que d’autres, et qui ne se conforment pas. Autrement dit, ils ont besoin de plus, ils savent ce dont ils ont besoin et ils font le possible et l’impossible pour l’obtenir. Les Sears ont donc décidé de fermer tous leurs livres sur l’art d’être parent et de choisir d’écouter ce que leur fille leur disait tous les jours, et d’essayer de déchiffrer leurs messages.

Selon les termes du Dr Sears :

Hayden nous a fait réévaluer nos rôles de parents. Nous avions toujours pensé qu’une parentalité efficace exigeait une surveillance constante (…) Il est censé y avoir une relation conflictuelle entre les parents et les enfants : le bébé essaie de vous faire du mal (manipuler, contrôler), alors il vaut mieux nous donner d’abord.

Mais vous avez vu que cette hypothèse n’est pas vraie. Les bébés n’essaient pas de manipuler ou de contrôler ; ils demandent simplement ce dont ils ont besoin, et elle l’a fait avec beaucoup de véhémence. Ils ont donc décidé qu’il était inutile d’essayer de changer leur bébé, mais que la chose la plus logique à faire était de l’accepter et de conclure que personne ne savait mieux qu’elle ce dont elle avait besoin à un moment donné :

Notre rôle de parents était comme celui d’un jardinier : nous ne pouvons pas changer la couleur d’une fleur ou décider du jour de sa floraison, mais nous pouvons enlever les mauvaises herbes et tailler la plante pour qu’elle fleurisse plus joliment.

Découvrir qu’il y a plus de bébés comme les vôtres, qui sont normaux, même si la Et c’est ainsi que le terme « Bébés à forte demande » est né

Christophe P., éducatrice et psychopédagogue
www.aef-dmoz.com
aef-dmoz.wordpress.com