Les crises d’enfants. Comment agir ?

Apprentissage Parents Ressources

Les crises de colère rendent fous les parents les plus patients, mais elles peuvent être évitées. Un expert en matière de comportement des enfants nous explique comment agir face à la crise de colère d’un enfant.

Le Dr Jacques Leroi, pédiatre et expert de renommée mondiale sur la santé et le comportement des enfants, répond aux questions les plus courantes des parents sur les crises de colère et les colères qui surviennent, principalement chez les enfants de 2 et 3 ans.

Que faire face à la crise de colère d’un enfant ?

Q. Pourquoi les enfants font-ils des crises de colère ?
J. Leroi : C’est une ressource qu’ils utilisent pour attirer l’attention et vers laquelle ils se tournent lorsqu’ils ne voient pas d’autre moyen pour l’adulte de répondre à ce que les enfants perçoivent comme des besoins émotionnels ou physiques à un moment donné.

Q. Quels sont ses besoins ?
J. Leroi : Les physiques sont, par exemple, la faim et la soif. Les émotions sont plus variées. Une théorie sur les crises de colère chez les enfants de 2 ans est que la frustration a beaucoup à voir avec eux, en particulier la frustration liée à la communication.

Q. Que peuvent faire les parents pour améliorer la communication ?
J. Leroi : Il y a des gens très habiles qui arrivent à enseigner à de jeunes enfants entre 18 et 24 mois une langue des signes, d’une douzaine de mots plus ou moins, qui sert à exprimer des idées simples mais très utiles, comme je veux, plus, assez, mal, fatigué ?

Q. Et y a-t-il un moyen de prévenir ces périodes ?
J. Leroi : Anticiper les situations peut aider. Par exemple, si vous allez au supermarché, il est préférable de s’assurer que l’enfant n’a pas faim ou n’a pas sommeil. Il faut penser que l’enfant n’a pas la capacité de savoir ce qui est bon pour lui ou non.

Q. Quelle doit être l’attitude des parents si l’enfant fait une crise de colère ?
J. Leroi : Si vous perdez votre sang-froid et que vous criez, vous leur donnez ce qu’ils veulent. La meilleure chose à faire, même si c’est parfois difficile, est d’ignorer la crise de colère. Une fois que l’enfant s’est calmé, vous pouvez négocier avec lui.

Q. L’enfant doit-il être réprimandé ou puni après une crise de colère ?
J. Leroi : Une ressource utile est de le faire s’asseoir dans un endroit isolé et de l’ennuyer pendant un certain temps. Cette séparation devrait durer une minute par année de la vie de l’enfant.

Q. Que faites-vous si la crise de colère se produit dans un lieu public, par exemple un supermarché ?
J. Leroi : Si vous constatez que l’enfant peut faire quelque chose d’inconvenant ou de dangereux, vous devez intervenir immédiatement. Parfois, il est préférable de tenir l’enfant dans ses bras, de laisser le chariot plein de provisions et de rentrer chez soi.

P. De toute façon, dans un supermarché, on ne peut pas le punir par un moment de silence
J. Leroi : Un truc consiste à faire une marque sur sa main avec un marqueur et à lui dire que vous lui parlerez plus tard. Lorsque vous rentrez chez vous, vous pouvez pointer la marque et dire : « Pourquoi cette marque sur votre main ? Que faisiez-vous lorsque je l’ai faite ?

Q. À quel âge les enfants cessent-ils de faire des crises de colère ?
J. Leroi : La socialisation est l’une des choses les plus importantes que les enfants apprennent à l’école maternelle. A 6 ans, les enfants n’ont généralement plus de crises de colère.

Interview de Marie Portal au Dr. Jacques Leroi pour Aef-dmoz.org.