Les combats entre frères

Apprentissage Parents Ressources

« Mais je n’ai rien fait… ! C’est lui qui a commencé ! » Ces phrases nous sont sûrement familières. Elles sont toujours suivies d’une dispute entre frères… Des cris, des insultes, des pleurs et même des coups. Des situations qui provoquent de l’anxiété au sein du noyau familial et qui, dans de nombreux cas, sont difficiles à gérer. Toutefois, il faut préciser que la rivalité fraternelle est une chose naturelle, surtout pendant l’enfance.

Est-il normal que mes enfants se battent ?

Le combat entre frères et sœurs sont quelque chose de normal et de sain, qui les aide à se développer en tant que personnes. A travers ces confrontations, ils apprennent à exprimer leurs sentiments et à comprendre ceux des autres, à résoudre les conflits, à partager, à rivaliser, à se contrôler, à gérer les relations humaines… Ils assimilent également l’existence de normes et de règles, et comprennent que celles-ci sont différentes selon le groupe social dans lequel elles se trouvent. En bref, les luttes entre frères sont associées à des expériences qui influenceront directement le développement émotionnel et social de l’enfant.

Bien qu’après ce qui précède, il puisse sembler qu’un environnement de combat entre frères et sœurs soit « bon », nous devons préciser qu’il ne l’est pas. Ce sont des situations qui créent des tensions dans le foyer et qui, selon leur degré, peuvent être très néfastes. L’important n’est pas d’éviter l’existence de ces conflits, mais leur apprendre à les résoudre avec nos conseils et notre soutien.

Quelles sont les raisons de ces combats ?

Quelle que soit leur fréquence et leur intensité, ces conflits surviennent généralement pour des raisons diverses, bien qu’avec des variations d’une famille à l’autre et d’un frère ou d’une sœur à l’autre.

Parmi les causes les plus courantes, on peut citer

1) La jalousie. C’est l’un des sentiments les plus fréquents chez les frères et sœurs, provoqué par la lutte pour la position dans la famille.

2) La demande de soins parentaux. Le désir de passer plus de temps seul avec eux ou de devenir leur enfant préféré.

3) Le sentiment de possession provoque des bagarres pour ses biens, pour ses amis… Si l’autre frère leur prend quelque chose sans permission, ils se sentent envahis et le résolvent par la dispute.

Selon certaines études, ces situations conflictuelles augmentent lorsque les frères et sœurs sont du même sexe, car ils sont davantage en compétition les uns avec les autres, lorsqu’ils sont proches en âge et lorsqu’un nouveau membre arrive dans la famille, car ils ont besoin de marquer leur territoire.

Comment réagir ?

Bien que cela puisse être compliqué, il vaut mieux ne pas s’en mêler et les laisser le réparer eux-mêmes, tant qu’ils ne mettent pas la main dessus. Dans ce cas, lorsque l’un des enfants frappe l’autre ou est blessé, il est nécessaire de stopper à la fois la lutte et de préciser très clairement qu’il existe des limites physiques et verbales qu’il est interdit d’y pénétrer. Si cette situation a été atteinte, ils doivent être séparés et emmenés dans des pièces différentes, ce qui leur donne l’espace et le temps de se calmer. Une fois que les deux sont calmes, une solution au problème devra être recherchée par le biais du dialogue. Parlez aux enfants pour enquêter sur les causes de leur combat, ce qui leur permet de dire la raison et d’exprimer ce qu’ils ressentent. Pour ce faire, ils auront besoin d’un médiateur objectif. Ainsi, si cette situation a contrarié le parent, il faudra le rassurer avant de tenter une médiation.

Enfin, il y a certaines choses que vous pouvez faire en tant que parents pour minimiser les disputes entre frères et sœurs. Il convient de créer un environnement familial positif, d’empêcher les enfants de voir les disputes entre leurs parents et de les résoudre par le dialogue. Il convient également d’encourager les activités familiales et, en particulier, de frère à frère car ils contribuent à améliorer la communication. Et surtout, il faut éviter les comparaisons ou les étiquettes.