Les avantages de la neige pour les enfants

Apprentissage Parents Ressources

Dès le premier contact, la neige surprend généralement les petits : elle est froide, humide, très blanche… Laurence Vaivre-Douret, professeur de psychologie du développement, neuropsychologue et experte en psychomotricité, nous propose quelques pistes pour leur faire découvrir le côté le plus ludique de la neige et aussi le plus pédagogique.

Découverte de la neige aux enfants

Parmi les préférences des enfants, le sable a une place de choix. La neige peut-elle rivaliser avec lui ?

La neige a tous les atouts pour conquérir les enfants grâce aux nombreuses sensations qu’elle procure : le plaisir de la toucher, de rouler, de glisser… Mais aussi est une source de découverte et d’apprentissage. L’intérêt de ce sujet réside dans sa richesse, dans sa complétude : il stimule à la fois les aspects cognitifs, psychomoteurs et émotionnels.

Qu’est-ce qu’un enfant apprend au contact de la neige ?

Beaucoup de choses ! Il vous offre, pour commencer, la possibilité d’observer des transformations surprenantes et passionnantes. Si vous ramassez de la neige et que vous l’écrasez bien dans vos mains, vous pouvez faire une boule dure avec laquelle vous pourrez monter un mannequin. Mais, si vous le laissez entre vos mains pendant un certain temps, vous verrez que la neige finit par fondre et se transformer en eau.

A travers ces expériences, l’enfant acquiert ses premières notions physiques qu’il reprendra plus tard, à l’école : à ce moment-là, les sensations vécues dans l’enfance feront surface et l’aideront à mieux comprendre.

Lorsque la neige recouvre un paysage que l’enfant connaît, un paysage dans lequel il vit habituellement, cela l’aidera percevoir le passage du temps, la succession des saisons. La découverte de la neige, avec tout ce qu’elle implique, peut être complétée par les explications des parents, avec certains mots de clarification :  » Il fait froid, il se mouille, il fond, les flocons tombent…  « . Ainsi, l’enfant élargit son vocabulaire.

Et du côté psychomoteur, qu’est-ce que la découverte de la neige apporte à l’enfant ?

Après 18 mois, l’enfant commence généralement à marcher et à développer une motricité plus fine : courir, pédaler, etc. Marcher sur la neige contribuera à laa consolidation de l’équilibre et de la fluidité psychomotrice. La neige est une base très différente du sol solide, sur lequel il est possible de glisser ou de s’enfoncer. A ce sujet, l’enfant qui se met à marcher perd tous ses repères et demande à son corps de s’adapter, de trouver de nouveaux ajustements posturaux.

Et, si vous essayez de lancer une balle en marchant ou en courant, vous trouverez de nouvelles limitations qui vous conduiront à progresser encore plus loin.

Les émotions, selon vous, sont aussi impliquées…

C’est vrai, parce que la neige se prête à une variété de jeux. Par exemple, l’ensemble des empreintes que l’enfant voit apparaissent sur la neige molle. Souvent, l’enfant doit tout recommencer pour confirmer que l’auteur de ces empreintes est lui-même. De voir que ses mouvements ont des effets, qu’il peut avoir une action dans le monde, nécessairement ça fait ressortir des sentiments chez l’enfant : étonnement, fierté… La contemplation d’un paysage couvert par l’immense manteau blanc de la neige peut aussi susciter émotions et parfois un certain concernent. On peut dire la même chose de la première fois que l’on fait du traîneau : en glissant à pleine vitesse, on ressent un mélange de peur (car on ne contrôle pas le mouvement) et d’euphorie (dérivée de la vitesse, du plaisir d’être porté ainsi et de sentir l’air froid sur le visage). Il est préférable de commencer lentement, par exemple en faisant glisser l’enfant sur une surface plane, puis de faire de la luge avec lui sur une pente pas trop raide – cela évitera peut-être une mauvaise expérience !

Magazine Popi

Interview d’Isabelle Gravillon