Le rituel du coucher des enfants

Apprentissage Parents Ressources

L’heure du coucher est un moment clé qui clôt la journée et laisse place au sommeil. Pour que cette transition soit la plus douce possible, pourquoi ne pas inventer un « rituel » adapté à chaque enfant ? La psychologue Christine Brunet propose quelques bonnes idées.

Quelques lignes directrices simples

Certains enfants s’endorment facilement, d’autres ont besoin de compagnie. Pour ces derniers, un « rituel » à l’heure du coucher peut être utile. Bien que l’expression puisse paraître compliquée, elle est simple : quelques ressources, destinées à rassurer l’enfant, pour passer du temps de qualité avec lui et l’aider à s’endormir paisiblement. Il n’existe pas de « rituel standard » : chaque parent, en fonction de ses souhaits et des besoins de son enfant, peut en inventer un. Il existe néanmoins quelques lignes directrices pour établir un rituel efficace dont les parents peuvent tenir compte lorsqu’ils créent le leur.

Une répétition rassurante

Sans être excessivement strict, un rituel remplit mieux sa fonction s’il suit un scénario précis, avec des moments qui se suivent toujours dans le même ordre : par exemple, d’abord, l’histoire ; ensuite, le verre d’eau et, à la fin, les mimes. L’enfant se sent plus à l’aise s’il peut anticiper le déroulement des événements. Cela l’aide à surmonter les petites angoisses qui peuvent surgir dans ce moment délicat d’endormissement et de « séparation » de maman et papa.

Limites à respecter

Une fois le rituel bien organisé, il est préférable de s’en tenir au même scénario et d’éviter d’ajouter des épisodes.Face aux tentatives de l’enfant de le prolonger le plus longtemps possible pour retarder le moment de la séparation, il faut rester ferme… pour le bien de tous : pour le bien de l’enfant, qui ne se sentira pas plus en sécurité, même s’il s’en tire à bon compte et que ses parents ne lui imposent pas de limites ; et pour le bien des parents, qui ont besoin de temps pour eux, entre adultes, pendant que l’enfant dort paisiblement.

Calme et douceur

Une lumière tamisée, un ton de voix doux, une douce gâterie : il faut créer une atmosphère de détente totale pendant cette période de transition entre l’agitation de la soirée (jeux, bain, dîner …) et le sommeil. C’est pourquoi il est interdit d’utiliser de la musique forte ou vivante, des jeux trop stimulants et des chatouilles qui pourraient réveiller l’enfant au lieu de l’aider à s’endormir. Et enfin, même si l’enfant demande une autre histoire, insiste et se lève encore et encore, il est essentiel de rester calme et, bien sûr, de ne pas élever la voix pour ne pas briser cette atmosphère de détente.

Des histoires relaxantes

L’heure du coucher est le moment idéal pour raconter une histoire, la lire et même l’inventer. En se lançant dans ce voyage à travers le monde du fantastique, l’enfant a la possibilité de vivre des émotions très différentes et de s’identifier à l’un ou l’autre personnage. En bref, c’est un bon moyen de prendre de la distance par rapport aux choses qui ont pu vous gêner tout au long de la journée et de mettre en perspective les expériences désagréables que vous avez pu vivre. Ainsi, vous pouvez vous endormir paisiblement, sans tension. Vous devez le laisser choisir l’histoire : s’il en demande une en particulier, c’est parce qu’elle lui « convient ».

Tendresse

A l’heure du coucher, rien de tel qu’un petit soin. Bien sûr, les échanges de tendresse ont une place privilégiée dans le rituel. Mais se mettre au lit avec l’enfant n’est pas forcément une bonne idée : son lit est son territoire, tout comme le lit double est le territoire des parents… A chacun sa place. Vous pouvez, par exemple, mettre une chaise à côté de votre lit, ou vous allonger avec elle sur le tapis. Nous ne devons pas oublier que les possibilités de rapprochement sont nombreuses…