Êtes-vous trop exigeant envers vos enfants ?

Apprentissage Parents Ressources

Parfois, nous rencontrons des enfants qui ne se tachent pas, mangent toute la nourriture de leur assiette sans se plaindre même si cela leur semble trop, s’endorment quand on leur dit et « sans se plaindre »…

Mais cette attitude peut entraîner des problèmes. Que se passe-t-il lorsque les enfants sont obsédés par la perfection et qu’ils ont du mal à s’amuser ?

Il convient de se demander si nous, les adultes, sommes trop exiger avec eux…seront-ils désireux de nous faire plaisir et de nous faire plaisir ?

Sa réflexion est axée sur « de ne pas décevoir vos parents« et tant d’exigence envers soi-même peut conduire au stress et/ou à la dépression infantile. Ils pensent que pour gagner l’affection de leurs parents, leur comportement doit être .

Il est prioritaire de montrer que l’amour pour eux est inconditionnel. Le développement des enfants est lié au jeu et à la spontanéité, voire à la malice…

L’éducation qu’ils reçoivent détermine en grande partie leur attitude. Les adultes peuvent soit freiner, soit encourager ce phénomène complaisanceNos commentaires peuvent les amener à réfléchir à ce qu’ils peuvent faire pour rendre leurs parents « beaucoup mieux »…

C’est trop beau si…

  • Il ne montre pas d’émotions agressives : colère, rage…
  • Essayez de faire tout seul (indépendamment) pour que les autres soient heureux et n’aient pas à l’aider.
  • Il cède, s’emporte et ne peut pas se défendre.
  • Il a peu de compétences en auto-affirmation.
  • Il s’agit de lien peu avec d’autres enfants et obéit toujours aux adultes.
  • Il s’occupe de ses petits frères, cousins… avec une responsabilité.
  • Il est plus attentif aux besoins des autres et les souhaits d’autres personnes que la leur.
  • Exercices « en tant qu’adulte » avec un attitude condescendante devant d’autres enfants.

Que faites-vous pour envoyer cette complainte ?

Si elle est « trop bonne », il sera commode de marquer certains des lignes directrices simples pour empêcher les autres de « profiter de lui », ou de souffrir lorsque les autres ont des difficultés. Il est important de lui apprendre à tenir compte de ses propres sentiments. Comment ?

  1. En lui montrant que nous voulons toujours la même chose même s’il a tort. C’est notre fils et c’est pourquoi nous l’aimons tant, et non pas à cause de son comportement.
  2. Louez-le pour son efforts en minimisant leurs erreurs.
  3. Évitez les responsabilités qui ne sont pas adaptées à leur âge.
  4. Écoutez-le et demandez-lui avis.
  5. Ne le grondez pas dans les rares occasions où il ose dire ce qu’il pense, se met en colère ou n’est pas d’accord.
  6. Ne parlez pas des malheurs en leur présence et atténuez les sujets ou les problèmes qui peuvent vous faire souffrir ou causer troubles.
  7. Enseignez-lui et encouragez-le à exprimer leurs émotions afin de briser leur insécurité.
  8. Parler avec lui et l’encourager même si elle ne l’exige pas.
  9. Enseigner riposter et d’assumer la frustration de ne pas pouvoir faire quelque chose ou de ne pas le terminer (« c’est bon »). Il est important qu’ils apprennent à différencier ce qu’ils doivent faire et jusqu’où ils doivent aller.

Un livre : « Le prix du privilège » est un livre très approprié pour ce sujet. Publié par le Dr Madeleine Levine, il explique comment le fait d’élever des « enfants parfaits » signifie souvent des enfants qui sont « déconnectés du bonheur ».

Christophe P., éducatrice et psychopédagogue
www.aef-dmoz.com
aef-dmoz.wordpress.com/