Enfants désobéissants

Apprentissage Parents Ressources

Il y a des enfants désobéissants : ils ne répondent pas quand on les appelle, ils retardent considérablement l’accomplissement de leurs obligations, ils laissent les choses en suspens. C’est un comportement qui finit par rendre les parents désespérés, qui choisissent souvent de crier ou de punir l’enfant. Les causes varient et bien que ces comportements puissent refléter une légère immaturité émotionnelle, un rythme personnel lent qui ne coïncide pas avec celui des parents, une tendance au retrait ou à la passivité, voire une concentration excessive sur les activités ludiques, ils peuvent également être liés au processus de croissance et à la demande d’affirmation de soi qui en découle. C’est ainsi que les enfants obéissants deviennent indisciplinés en peu de temps. La recherche de leur identité et de leur autonomie les conduit à remettre en cause l’autorité des parents et de ne pas tenir compte des règles qui vivent comme des contraintes.

Comment élever un enfant désobéissant ?

Il ne faut pas toujours mettre la cause sur le dos du fils. Parfois, le problème provient d’un style d’éducation parentale clairement inadéquat dans lequel on exige une obéissance aveugle de l’enfant. Certains parents confondent leur famille avec une armée d’ordres à exécuter immédiatement et sans plainte. Un abus de pouvoir injustifiable a des conséquences désastreuses. Les droits de l’enfant sont violés et le développement de sa personnalité est suspendu.

La réflexion sur la dynamique familiale nous permet de constater les aspects qui peuvent être améliorés afin de corriger le comportement de l’enfant : peu de communication avec l’enfant, exigences excessives, peu de reconnaissance des acquis de l’enfant, etc. Sous le comportement inapproprié de l’enfant, il y a un message qui devrait être révélé et qui, souvent, a trait à une demande inconsciente d’attention. Il y a aujourd’hui de nombreux parents qui sont absorbés par leurs obligations professionnelles et leur hâte et qui manquent de temps à consacrer aux enfants.

Accord entre les parents pour l’éducation de l’enfant

Il est fréquent qu’un des parents, voire les deux, adoptent une attitude laxiste et conciliante face aux caprices et aux transgressions de l’enfant. En ne contrariant pas l’enfant, on s’expose à renforcer la complicité. En d’autres occasions, l’attitude prédominante est rigide et punitive. Parfois, le comportement négatif est amplifié, il y a des reproches entre les conjoints, et on choisit des actions hâtives et changeantes qui génèrent la confusion chez l’enfant et, bien sûr, ne produisent pas les effets souhaités.

L’accord et l’harmonie entre les parents est un point de départ nécessaire pour la gestion du comportement des enfants, mais il est tout aussi nécessaire d’impliquer les enfants dans leur comportement. S’il est décidé, par exemple, d’établir un ensemble de règles, de tâches et de délais, il est absolument approprié que l’enfant participe, en grandissant, à l’établissement de ce code des devoirs ; sinon, il le vivra comme une imposition contre laquelle il devra se rebeller.

Parler à l’enfant désobéissant

Le dialogue est un levier pédagogique fondamental qui ne peut être ignoré. Il favorise la compréhension entre parents et enfants, stimule la réflexion chez l’enfant et contribue à garantir que les règles sont appliquées pour leur valeur pour la communauté. Bien que la communication familiale ne doive pas être réservée aux moments difficiles, mais plutôt constituer une forme habituelle de relation, la vérité est qu’elle constitue l’un des canaux les plus appropriés dans les situations où un changement concret doit être encouragé. Un aspect que nous ne pouvons pas ignorer est celui lié au comportement de l’enfant à l’école. Il n’y a pas toujours de similitude entre ce qui se passe à la maison et à l’école. La nécessaire convergence des critères éducatifs rend souhaitable la consultation des enseignants, pour voir dans quelle mesure le comportement problématique se manifeste à l’école. Souvent, l’établissement d’un plan d’action commun est beaucoup plus efficace.