Craintes et troubles anxieux chez les enfants

Apprentissage Parents Ressources

Les enfants ont généralement beaucoup de craintes, tant des étrangers ou des personnes extérieures au cercle familial, que des bruits forts, des animaux, des tempêtes, de l’obscurité… La plupart de ces craintes se résolvent spontanément au fur et à mesure que l’enfant grandit. Mais si l’enfant a une peur exagérée ou disproportionnée qui interfère avec sa vie quotidienne, cela peut indiquer qu’il y a un problème.

La peur des enfants

Lorsque l’enfant nous dit qu’il a peur de quelque chose, les parents peuvent l’aider à s’en remettre :

  1. Reconnaître que l’enfant traverse une période difficile, lui demander ce qui lui fait peur et essayer de le comprendre
  2. N’ignorez pas ou ne minimisez pas la peur, ne dites pas des choses comme : ne soyez pas bête, vous êtes plus âgé, les enfants ne pleurent pas, car vous aurez peur
  3. Ne le forcez pas à affronter la peur. S’il a peur du noir, mieux vaut laisser la lumière du couloir allumée jusqu’à ce qu’il s’endorme
  4. Ne lui apprenez pas à avoir peur des choses. Si nous sommes surprotecteurs, l’enfant pense que quelque chose de mal peut arriver quand mes parents sont si protecteurs ;
  5. Préparer l’enfant à de nouvelles expériences. Avant de vous lancer dans une nouvelle situation, expliquez à votre enfant, de la manière la plus détaillée possible, comment elle se présentera. Vous pouvez également lire un livre avec l’enfant sur la situation qui provoque la peur

Anxiété chez les enfants

Tout parent qui emmène ses enfants de la maternelle ou du début de l’école primaire à l’école a pu constater les différentes réactions de chaque enfant à leur départ. Beaucoup disent discrètement au revoir à leurs parents ; d’autres se tiennent la main et ne lâchent pas jusqu’au dernier moment ; certains ont l’air triste, inquiet et pleurent presque en disant au revoir à leurs parents, et quelques-uns s’accrochent au cou de leur mère en pleurant et doivent être emmenés dans la classe pour être séparés presque par la force.

Il s’agit de réactions normales chez les enfants âgés de 3 à 8 ans. Au fil des semaines de septembre et d’octobre, il faut s’attendre à ce que les enfants s’y habituent progressivement et que de moins en moins d’enfants présentent des symptômes d’anxiété à la sortie de l’école.

Cependant, certains enfants auront encore cette peur intense et de grandes difficultés à rester à l’école. Ces enfants peuvent avoir un problème appelé l’angoisse de la séparation et ils doivent être évalués par leur médecin. Certains enfants ont des difficultés chaque année au début de l’école ou lors des changements de cycle, mais ils s’en sortent sans problème majeur.

L’angoisse de la séparation de l’enfant

L’enfant montre une peur intense et disproportionnée lorsqu’il est séparé de ses parents, croyant que quelque chose de mal peut lui arriver à lui ou à ses parents. Il le montre en ne voulant pas aller à l’école, ou dans d’autres endroits où il sera sans ses parents. L’enfant passe également un très mauvais moment si les parents sortent, c’est pourquoi les parents renoncent souvent à sortir seuls lorsqu’ils ne peuvent pas laisser l’enfant avec quelqu’un d’autre. En outre, ils souffrent d’anxiété, de crises de colère, voire de troubles physiques, tels que des douleurs abdominales, des vomissements et des vertiges, qui s’améliorent rapidement lorsqu’ils retournent chez leurs parents.

Le traitement est simple et efficace. Elle consiste en une exposition répétée et progressive au stimulus qui crée votre anxiété (aller à l’école). Au début, la mère ou le père peut rester à l’école pendant un certain temps, puis ce temps devient progressivement plus court et ne l’aide qu’à enlever son manteau. Lorsque vous dites au revoir, il faut le faire rapidement, car prolonger l’adieu ne soulagera pas l’anxiété et cela peut vous inquiéter davantage si vous remarquez qu’il est difficile de vous laisser seul. Il doit être assuré que tout ira bien, et que nous l’attendrons après la classe (il est important de le faire, et de ne pas être en retard pour le prendre et le faire attendre).

Autres troubles anxieux chez les enfants

– Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) est un trouble anxieux dans lequel l’enfant ou l’adolescent présente généralement à la fois des obsessions et des compulsions, bien que parfois seules les obsessions ou les compulsions soient présentes. Au moins parfois, l’enfant reconnaît que les obsessions ou les compulsions sont excessives ou absurdes. Ce ne sont pas seulement des obsessions dans le contexte d’autres troubles psychiatriques (comme l’obsession du poids dans l’anorexie, ou de l’apparence corporelle dans le trouble dysmorphique)

– Dans le trouble d’anxiété généralisée, l’enfant a une inquiétude constante et disproportionnée et un sentiment continu et très agaçant que quelque chose de mauvais va se passer. De plus, une fois qu’une préoccupation commence, elle ne peut être arrêtée. Les enfants ont tendance à trop s’inquiéter de savoir s’ils font les choses correctement, ils sont très peu sûrs d’eux, excessivement rigides, préoccupés par la ponctualité, etc.

– Dans le trouble de panique ou de détresse l’enfant ou l’adolescent a des crises de panique ou de détresse récurrentes. Ces crises de panique sont caractérisées par l’apparition soudaine et inattendue de symptômes physiques tels que la tachycardie, une transpiration intense, des tremblements, une respiration rapide, une sensation d’essoufflement, d’étouffement ou d’impossibilité d’avaler, une sensation de froid ou de chaleur, ainsi que des symptômes psychologiques tels que la peur de mourir, la perte de conscience ou la perte de contrôle.

– Autre trouble anxieux est le SSPT. Lorsqu’un enfant est exposé ou victime d’une situation catastrophique dans laquelle sa vie est en danger, comme un accident de la circulation ou domestique, une catastrophe naturelle ou une mort violente dans la famille. Les enfants atteints de ce trouble croient parfois que l’événement traumatique se reproduit (ce qu’on appelle les flash-backs) et répètent la catastrophe dans leurs jeux. Pour les enfants plus jeunes, il est recommandé de dessiner ce qu’ils ont vu, puis de l’expliquer. Ce travail doit être effectué dans un environnement aussi proche que possible de l’environnement habituel de l’enfant, et aussi peu clinique que possible, de sorte que le travail des enseignants, des tuteurs et des parents est essentiel.