Changements dans le cerveau des enfants

Apprentissage Parents Ressources

Les transformations qui ont lieu dans le cerveau d’un enfant dès sa naissance surprennent les scientifiques eux-mêmes. Ce prestigieux expert en neurologie de l’enfant, le Dr Jaime Campos, explique comment l’environnement et une stimulation appropriée peuvent déterminer le développement intellectuel et l’avenir d’un enfant.

Changements dans le cerveau des enfants

P. Vous êtes un expert sur les questions liées à la maturation du système nerveux. Quelles sont les conditions requises pour atteindre cet objectif ?

R. D’une part, cela implique d’avoir un cerveau sain et, d’autre part, que l’environnement soit suffisamment stimulant pour que cette union puisse se produire entre ce qui est organique, ce que nous avons reçu de nos ancêtres par les gènes hérités, et ce qui est appris de l’expérience vécue dès la naissance.

P. Quels changements se produisent dans le cerveau à partir de ce moment ?

R. La plus évidente est l’augmentation du volume, que l’on peut qualifier de spectaculaire. Elle est d’un tel calibre, que les spécialistes appellent cette périodecroissance cérébrale explosive. Plus précisément, le périmètre crânien d’un enfant croît à un rythme d’un demi-centimètre par semaine au cours des quatre premiers mois et à un rythme d’un demi-centimètre par mois au cours des huit mois suivants.

P. Quand commence-t-on à voir les effets de l’environnement ?

R. Pour le dixième jour de la vieL’information provenant de l’environnement, à travers les sens. A la fin du premier mois, l’enfant sourit. Bien sûr, il ne s’agit pas d’un sourire social ; l’enfant ne fait qu’imiter la mère en riant. Plus tard, dès la première année, il commencera à exposer ce qu’on appelle personnalité et il montrera des signes de pré-intelligence, ce que nous appelons J’ai fait un lien.a : la capacité de se connecter avec l’environnement et de provoquer des réactions dans l’environnement. Ainsi, les changements de la première année sont spectaculaires.

P. Et comment fonctionne exactement un stimulus ?

R. Le cerveau Analysez ce qui vient de l’environnement extérieur et, si ce stimulus reçoit un niveau de motivation suffisant, il le met sur le disque dur. Qu’est-ce que cela signifie ? Parce qu’alors le cerveau a déjà cette information et peut l’utiliser pour d’autres comportements similaires ou plus élaborés.

P. On pourrait en déduire qu’il vaut mieux répéter un stimulus pour qu’il soit enregistré…

R. Jusqu’à un certain point. Parce qu’il existe une loi en biologie qui dit que la stimulation répétitive produit des réponses de plus en plus monotones. Pour savoir si elle est correcte, nous devons observer quel comportement conditionne chaque stimulus. Si je donne un bonbon à un enfant et qu’il pleure, cela signifie que le stimulus est négatif. Si je joue de la musique classique et qu’il se détend, cela indique qu’il est gratifiant et positif.

P. Tu as toujours dit que, plutôt que de parler de stimulation précoce, tu préfères parler de stimulation précoce…

R. En effet. Parce que précoce signifie avant. Et la stimulation doit commencer lorsque la fonction qui doit apparaître, par exemple, se tenir debout, marcher, parler, lire, écrire… n’apparaît pas. Et pas avant.

P. Une stimulation excessive peut-elle être contre-productive

R. On ne sait pas vraiment si c’est bon ou mauvais. Il y a des enfants hyper-stimulés qui sont capables de lire à deux ans et demi. Il y en a d’autres où ce même niveau de stimulation peut produire un trouble d’apprentissage de la lecture beaucoup plus grave que s’ils avaient été stimulés à ce moment-là.

P. Mais il y a aussi des troubles dus au manque de stimulation…

R. C’est ce que vous avez vu dans les inclusions il y a des années. Des enfants qui sont apparemment nés en bonne santé et qui n’avaient aucune raison d’être en retard sur leur âge, mais qui l’étaient. Un jour, quelqu’un s’est rendu compte que le problème était le manque de stimulation, de communication sensorielle.

P. Aujourd’hui, ces cas n’arrivent pas...

R. Elles sont rares, mais elles arrivent. Cela arrive parfois avec ces bons bébésqui ne se donnent pas la peine. Les mères les font traîner toute la journée, surtout si elles sont très occupées, et les enfants fixent le plafond.

P. La nutrition peut-elle influencer le développement du cerveau d’un enfant ?

R. Cela dépend de l’âge. Si nous soumettons malnutrition un enfant de 4 mois, on a 50% de chances qu’il finisse attardé. Si nous faisons cela à huit ans, elle aura une paralysie musculaire ou d’autres troubles, mais pas de retard mental.

P. De nouvelles études aux États-Unis parlent d’une génération d’enfants gâtés. Il semble qu’on n’enseigne pas aux enfants d’aujourd’hui à tolérer la frustration.

R. C’est juste que les parents devraient fournir à l’enfant les bonnes récompenses, sans excès. Vous ne pouvez pas ignorer un mauvais comportement ; vous ne pouvez pas toujours applaudir le comportement de votre enfant ou lui donner tout ce qu’il demande. L’enfant doit apprendre à vivre avec la frustration, car la frustration est inhérente à la vie.

PComment détecter un tel trouble ?

R. Un enfant d’intelligence normale qui ne fonctionne pas à l’école a un trouble d’apprentissage. Pourquoi ? Parce qu’il lui manque certains des outils nécessaires. Cela peut être à la fois un manque d’attention et un manque de lecture, de calcul, d’organisation de l’espace… Cela ne signifie pas une intelligence inférieure.

P. Et comment définiriez-vous l’intelligence ?

R. Je dirais qu’il est caractérisé par la capacité de traiter de grandes quantités d’informations à tout moment. Et je ne veux pas dire juste des informations abstraites. Il s’agit aussi d’informations émotionnelles et culturelles, d’odeurs, de sons… tout ce que l’esprit traite.

P. Pensez-vous que les tests sont des outils utiles ?

R. Ce qu’on leur reproche, c’est précisément que ne pas mesurer l’intelligence abstraiteLe terme  » apprentissage  » signifie qu’une personne a la capacité d’apprendre, quelles que soient les connaissances culturelles acquises. Un bon test d’intelligence serait celui qui pourrait déterminer qu’un fermier d’un village perdu a le même QI qu’un ingénieur civil vivant dans une grande ville. Parce que la capacité d’apprentissage peut être la même ; ce que l’agriculteur n’a pas, c’est la même quantité ou le même type d’information stockée.

P. Alors, comment évalue-t-on les résultats d’un test ?

R. Le test mesure ce que cet enfant a fait à ce moment-là. Ça ne va rien déterminer sur l’avenir. C’est quelque chose que vous devez être très clair. Il indique que, à ce moment, l’enfant travaille comme ça. Lorsque le test est fait, et si l’enfant est fatigué ou a de l’attention ailleurs, les résultats peuvent changer de façon significative. Plus qu’un test, ce que les parents devraient observer est le comportement moteur, intellectuel, visuelséparément. Voyez comment chacun contribue à l’harmonie fonctionnelle de l’enfant. C’est cette harmonie qui est vraiment importante.

Dr. Jaime CamposResponsable de la Neurologie Pédiatrique à l’Hôpital Clínico San Carlos de Madrid.