Apprenez à vos enfants à dessiner : mes premiers animaux avec des lignes

Apprentissage Parents Ressources

Dès l’âge de deux ans et demi, il y a un intention communicativeQuand l’enfant est prêt, il commence à dessiner pour les autres, en se souciant de l’acceptation et de l’appréciation de leurs créations. Entre deux et six ou sept ans, la pensée selon la psychologie évolutionniste est dominée par le favertissement symboliqueLe langage, le jeu et le dessin sont ses piliers de base. Les compositions de nos enfants représentent la partie consciente, mais aussi et dans une plus large mesure l’inconscient, et dans ce sens nous devrions nous intéresser à la monde symbolique et les messages que l’enfant veut nous transmettre plus que sa perfection esthétique. Il est très important que vous exprimiez oralement ce que vous avez dessiné pour nous. Nous découvrirons les émotions qu’il vit ou les situations qui lui causent des conflits, le traitement qu’il donne à un événement ou les sujets qui l’inquiètent… A travers la représentation de tout cela, l’enfant renouvellera ses expériences en adoucissant leur effet immédiat, et assimilera les événements et les objets qui ont éveillé son attention, en les intériorisant.

Connaissant les stades de maturité du dessin des enfants, nous comparerons le moment d’évolution d’un enfant particulier et déterminerons si son développement est précoce ou tardif.

De zéro à deux ans (stade sensori-moteur)

  • Intention de manipulation-exploration.
  • Manipulation de tout ce qui produit une marque, une tache ou subit des variations d’apparence. Activités de coloration et d’étalement.
  • Absence de relation entre le geste et l’empreinte du pied.
  • Absence d’intention représentative.

Les enfants de cet âge utilisent souvent ces matériaux comme jouets et s’amusent à secouer ou à froisser le papier et à battre la peinture comme un bâton ou un tambour. Cependant, ils apprennent rapidement l’utilité de ces objets par imitation, en faisant simplement des traits courts, isolés, discontinus, qui sont plus la prédominance d’une décharge motrice qu’un dessin lui-même.

De deux à trois ans (début de l’étape intuitive-symbolique qui s’étendra jusqu’à sept ans) :

  • La relation entre le geste et l’empreinte de pied. Maturation de la structure spatiale et de la coordination œil-main.
  • Intention de manipulation-expression.
  • Le gribouillage avec un nom apparaît. Intention de représenter la réalité. Accès à l’utilisation des symboles.
  • Expérimentation graphique et création d’un vocabulaire de formes (gribouillis de base, diagrammes, combinaisons).

À cet âge, ils ont généralement essayé différents matériaux, mais préfèrent la cire molle qui leur demande moins d’efforts pour remplir le papier. La feuille devient trop petite et ils peignent la table et les murs sans percevoir de limites, avec prédominance de la ligne arrondie, en faisant le tour et en étant la peinture celle qui commande dans le bras, en déplaçant tout le corps et le papier. Ils nomment les dessins sans aucun objet reconnaissable.

Mes premiers animaux tracés

Dans l’activité « Mes premiers animaux avec des lignes », nous essaierons de donner un sens aux lignes que nous dessinons ou générons avec des matériaux afin que les plus jeunes développent le plus possible leur capacité d’imagination et leur créativité.

Exemple 1, modèle d’activité :

  1. Nous dessinerons dans un cahier ou un tableau noir des traces de petites montagnes et nous les transformerons progressivement en chat, chameau ou autres animaux que les enfants découvriront à ce moment-là…
  2. Ensuite, les enfants effectueront les tracés librement. Nous les aiderons à les transformer en un animal qu’ils connaissent.

Motivation

On peut commencer par dire :

  • Regarde ! Devine ce que j’ai dessiné ?
  • Est-ce que ça ressemble à une montagne ? Est-ce que c’est deux montagnes ? Est-ce que ça peut être les oreilles d’un chat ? Ou peut-être les bosses d’un chameau ?

Exemple 2, modèle d’activité :

  1. Nous utiliserons une corde et jouerons avec elle en faisant des mouvements dans l’air, puis nous la placerons sur le sol en formant une ligne en spirale.
  2. Ensuite, une fois la spirale fixée au sol, nous placerons à côté des jouets ou des objets qui peuvent symboliquement former un escargot et qui constitueront les parties de cet animal : la tête, les cornes…

Motivation

On peut commencer par dire :

  • Regarde ! Devine ce que c’est ?
  • Est-ce que ça ressemble à un serpent ? Est-ce que c’est une corde tordue ? Est-ce que ça peut être l’oeil d’un hibou ? Ou peut-être un escargot ?

Christophe P., éducatrice et psycho-pédagogue
www.aef-dmoz.com
https://aef-dmoz.wordpress.com