Aider les enfants qui ont peur du médecin

Apprentissage Parents Ressources

Il est difficile de trouver des enfants qui n’ont peur de rien. Les craintes sont courantes et beaucoup d’entre elles, bien que chaque enfant soit différent, sont générales. L’un d’eux est le la peur des médecins, des aiguilles et des hôpitaux. Heureusement, elle diminue généralement avec l’âge et peut être contrôlée avec l’aide des parents, des médecins et du personnel de santé.

Le sentiment d’insécurité face à une situation inconnue, le contact avec des étrangers qui envahissent son espace de vie et des procédures parfois douloureuses et dans d’autres cas qui l’obligent même à se séparer de sa mère (hospitalisations, radiographies, etc.) sont les ingrédients d’un cocktail qui, mélangé à sa grande imagination, contribue à ce que l’enfant perçoive le domaine médical comme une menace pour son bien-être.

Les causes de la peur des médecins chez les enfants

Plusieurs raisons peuvent expliquer cette peur :

  • Le l’angoisse de la séparation et l’anxiété face à des étrangers sont des craintes normales qui dénotent un lien sain avec la mère ou le soignant principal et qui influencent clairement les situations médicales.
  • Informations insuffisantes ou inexactes. L’enfant a une perception limitée du monde et tout ce qu’il ne comprend pas ou ne sait pas peut être une source de méfiance. À d’autres moments, une expérience traumatisante peut avoir fait l’objet d’une médiation, comme un accident, une faute professionnelle médicale ou un état de santé délicat avec des antécédents douloureux.
  • Une peur acquise d’autres personnes. Les enfants reprennent facilement les craintes de leurs parents, et cela ne les aide pas du tout de voir à quel point les adultes de confiance se méfient des décisions médicales et hésitent, souffrent et doutent face aux pleurs des enfants. Les propres craintes des parents effraient les enfants.
  • Blagues et menacesLes adultes font des blagues sur le monde médical ou utilisent des menaces pour que leurs enfants se comportent comme ils le souhaitent : si tu ne manges pas, je dirai au médecin de te faire une injection. Mais c’est vraiment une ressource éducative insuffisante, car, bien qu’elle fonctionne pour le moment, parce que l’enfant essaie d’éviter à tout prix la situation qui lui fait peur, elle peut à la longue provoquer des craintes gratuites ou non fondées.
  • Votre imagination Le fait que vous ne soyez pas un enfant peut également vous jouer des tours, et des faits sans importance peuvent prendre des proportions exagérées dans votre réflexion et vous causer une grande détresse.

Quand informer les enfants des visites chez le médecin

Bien qu’une préparation et une information préalables soient toujours nécessaires, dans les cas des injections, des tests ou des visites chez le dentisteSi l’enfant a un problème avec son propre comportement, il n’a pas besoin de le savoir une semaine à l’avance afin que l’appréhension ne le bloque pas ; un jour à l’avance suffira pour le faire réfléchir.

Il est important lui faire comprendre l’utilité du test également et que la décision de le faire n’est pas entre vos mains. Pour donner à l’enfant un certain sentiment de contrôle, on peut lui proposer de petites options, comme le choix du bras dans lequel il veut être piqué ou de la personne qui l’accompagne.

Certains médecins estiment que l’enfant est plus coopératif si les parents ne sont pas présents, mais les enfants doivent être avec leurs parents lors de nouvelles expériences et en période de stress. Ce sont précisément les cabinets dentaires et les aiguilles qui font peur parce qu’il s’agit souvent d’expériences nouvelles ou peu fréquentes et qu’elles impliquent généralement une douleur et/ou une gêne physique. Nous devons à tout prix essayer de rester à leurs côtés, mais en contrepartie, nous devons être sûrs de rester calmes.

Lorsqu’il s’agit d’une urgence, les parents eux-mêmes ignorent très probablement les procédures qui leur seront appliquées, et dans ces conditions, l’enfant, qui ne comprend pas la situation, refusera probablement de coopérer et la force (et non la violence) sera même utilisée pour lui permettre de se faire tester.

Dans ce contexte, vous serez informé autant que possible de ce qui se passe, vous resterez à ses côtés aussi longtemps que possible et vous caresserez et étreindrez l’enfant autant que possible, surtout en cas de douleur physique, pour lui donner de la sécurité. Dans tous les cas, faites comprendre à l’enfant qu’une hospitalisation ou une opération est nécessaire pour guérir ou régler son problème, que ce n’est pas une punition et que son corps ne subira aucune défiguration ou blessure, en évitant autant que possible un langage intimidant (craquements, couture).

On peut aussi vous parler des avantages des antidouleurs et de l’anesthésie pour lutter contre la douleur, mais une fois l’opération terminée, vous vous réveillerez. Il est également important de lui apporter un jouet ou un objet qu’il utilise habituellement dans sa vie quotidienne (une peluche, une couverture, un livre, etc.) pour qu’il ait l’impression d’avoir un morceau de chez lui.

Virginia Gonzalez. Psychologue.