5 règles pour traiter avec les enfants tyranniques

Apprentissage Parents Ressources

Quand on parle du syndrome de l’empereur ou l’Enfant Tyran nous faisons référence à un phénomène très fréquent qui consiste en des comportements et des attitudes de l’enfant visant à dominer psychologiquement les parents ou les autres personnes qui s’occupent de lui.

Ces comportements, à court terme, peuvent produire des problèmes dans la famille se manifestant par de la colère, des cris fréquents entre parents et enfants… dérivant l’isolement et réduisant au maximum les interactions avec la famille et les amis. A long terme, nous pourrions trouver des adolescents qui pourraient utiliser la force physique pour contrôler et dominer leurs parents et même leurs enseignants.

 » L’enfant, dans beaucoup de foyers, est devenu le maître de maison ; tu vois ce qu’il veut à la télévision ; tu entres et tu sors s’il est intéressé ; tu manges à sa guise. Tout changement qui implique leur perte de pouvoir, leur domination, entraîne des tensions dans la vie familiale ; l’enfant vit comme s’il était difficile, devient déprimé ou agressif. Les crises de colère, les pleurs, il sait qu’ils servent son but. Ce sont des enfants capricieux, gâtés, sans règles, sans limites, qui imposent leurs désirs à des parents qui ne savent pas dire non.  »

Caractéristiques de l’enfant tyran

  • Ils sont tristes ou fâchés pendant longtemps et souvent : Souvent, nous ne savons pas très bien comment fixer les limites pour les enfants. Certains parents aussi, ont peur de frustrer leurs enfants et ils ne veulent pas leur imposer presque aucune règle en évitant, si possible, de dire « Non ».
  • Ils utilisent la colère, la crise de colère ou les cris pour obtenir ce qu’ils veulent.
  • Ils demandent continuellement l’attention de ses parents par frustration : La frustration est un sentiment indispensable au développement de l’enfant : l’enfant a besoin, dès l’âge d’un an environ, de routines, de règles et de limites claires sur ce qu’il peut et ne peut pas faire. En fait, un de vos sports Le préféré est de tester constamment ses parents pour voir jusqu’où il peut aller.
  • Ils discutent des règles et ne savent pas comment accepter le « NON ».
  • Ils ne reconnaissent pas les figures de proue à l’école, à la maison et dans les différents environnements dans lesquels ils opèrent.
  • Ils ont un sens exagéré de la propriété. Tout « est à moi ! »: Le problème grandit et la famille a le sentiment que « ça devient incontrôlable… » Alors que nous justifions les faits avec des phrases comme . « Cet enfant a beaucoup de caractère », « c’est normal qu’il agisse comme ça, il est très petit… »

Types d’enfants et d’adolescents tyranniques

En suivant la psychologue Sylvie Delange, nous avons trouvé ce qui suit :

  • Le manipulateur sympathique : La plus commune, qui cache un double visage.
  • Le manipulateur invétéré : L’attractivité du parc lui permet d’approcher et d’abuser de ses proies.
  • Le manipulateur désintéressé : C’est lui qui, avec sa fausse bonté, attend une récompense cachée pour tout ce qu’il offre, donne et prête.
  • Le manipulateur perfectionné : La première est qu’il est un homme qui, en prétendant être intelligent, laisse les gens autour de lui dans une mauvaise position face à son apparente sagesse.
  • Le timide manipulateur : Le « Je » est un mot qui fait écho à une personne qui est proche de vous et qui juge, critique et élargit vos soupçons sur les autres.
  • Le dictateur manipulateur : qui, avec le séducteur, sont les plus remarquables dans le syndrome de l’empereur car la violence est leur principale arme d’expression.

5 Règles pour traiter avec l’enfant tyran

La première chose à considérer quand on a affaire à un enfant tyran est de limiter son comportement et de la freiner dès son plus jeune âge, au moment où elle commence à montrer des signes de tyrannie.

  1. Le couple doit s’entendre sur la façon dont il veut élever leurs enfants, le modèle d’éducation globale qu’ils défendent conjointement et sans souci pour que l’enfant n’en profite pas.
  2. La vie d’un enfant devrait avoir des horaires, des règles et des routines pour qu’il sache ce qu’on attend de lui à tout moment.
  3. Nous pouvons aider notre enfant à choisir le meilleur comportement, réfléchir et parler calmement avant de prendre la décision. Il ne s’agit pas d’une interdiction continue, les menaces ne font que transmettre l’insécurité à l’enfant.
  4. Si notre enfant crie ou donne des coups de pied, nous devons expirer et nous contenir car on ne peut pas faire la même chose que lui.
  5. Au lieu d’argumenter ou d’essayer négocier nous vous rappellerons les règles de respect dans la maison. L’enfant tyran se caractérise par un manque d’empathie et il n’est pas efficace pour justifier chaque mesure que nous prenons.

Christophe P., éducateur et psycho-pédagogue
www.aef-dmoz.com
aef-dmoz.wordpress.com