5 clés pour apprendre à nos enfants à se défendre sans violence

Apprentissage Parents Ressources

Au fur et à mesure que nos fils et nos filles grandissent, le développement de l’autonomie augmente et ils commencent à s’enfoncer plus profondément dans leur environnement immédiat. En tant que parents, nous aimerions être toujours présents pour les guider et éviter les erreurs, mais ce sont eux qui devront se rendre compte et se défendre quand la situation l’exigera.

Il est important que nous envisagions de résoudre les problèmes de nos enfants sans recourir à la violence. Des expressions telles que « défends-toi », « tu frappes aussi » peuvent parfois déclencher plus de conflits, la prémisse correcte devrait être de leur apprendre à lutter contre la violence.

Dire NON avec assurance

Dès les premières années, il est important qu’ils connaissent la possibilité de dire non dans une situation compliquée. L’affirmation de soi est nécessaire, la capacité de s’exprimer librement, de pouvoir dire ce qui nous dérange, ce qui nous plaît, sans attaquer l’autre, est fondamentale pour une estime de soi saine et pour des relations sociales justes et équilibrées.

Au début, dans les premières années, les réactions sont instinctives et se défendent généralement avec agressivité : mordre, crier, pousser, frapper, donner des coups de poing… Nous leur expliquerons qu’ils peuvent agir différemment car ils ont le pouvoir de dire non quand ils n’aiment pas quelque chose : « Ne m’insultez pas, ne me traitez pas mal, je n’aime pas ce que vous me faites… »

L’affirmation de soi est une composante fondamentale des compétences sociales et personnelles. Elle peut être comprise comme une forme de communication, mais elle va aussi au-delà, elle est comprise comme une manière d’être et d’agir. C’est un reflet d’une saine estime de soi.

Parfois, nous confondons la défense avec la violence et ces deux concepts sont très différents. Lorsque l’enfant se sent agressé, il a tout à fait le droit de répondre pour défendre son intégrité et sa dignité. La violence est définie comme une attitude intentionnelle qui cherche à nuire à l’autre, tandis que la défense est basée sur l’autodéfense sans nécessairement nuire à l’autre.

Les clés pour se défendre sans recourir à la violence

  • Il sert de modèle. Nous apprendrons à nos enfants à s’accepter, à apprécier leur identité, leur race, leur famille et leur propre personne. Un enfant qui se sent aimé et accepté dans le cercle familial peut avoir plus de chances de réussir dans ses interactions sociales.
  • Écoutez-le quand il y a un conflit. Nous vous demanderons ce qui s’est passé, comment vous avez géré la situation, s’il s’agit de quelque chose de ponctuel ou d’un comportement qui se répète plusieurs fois… Il est très important que vous soyez écouté et que l’on s’occupe de vous, cela vous aidera à évacuer et à relâcher la tension.
  • Aidez-le à avoir ses propres critères. Nous apprendrons à nos enfants à traiter les autres comme ils veulent être traités. Le meilleur moyen pour la défense est le dialogue. Si vos enfants peuvent défendre verbalement leurs limites et leurs droits personnels, vous ferez des progrès importants.
  • Transmettez la confiance et renforcez ainsi votre identité. Il est parfois difficile d’avoir la confiance nécessaire pour dire ce que l’on pense vraiment, il est important que lorsque l’enfant dit quelque chose qui le dérange ou une opinion contraire à la nôtre, nous ne le grondons pas pour cela. Nous vous écouterons et tiendrons compte de votre opinion. Si vous le dites d’une manière inappropriée, nous vous expliquerons que vous pouvez le dire différemment.
  • Apprenez-lui à demander de l’aide et à éviter les situations dangereuses. Vous devriez comprendre la grande différence entre « demander de l’aide » et « moucharder »…

Comment apprendre à votre enfant à se défendre ?

  1. Encouragez l’empathie. Apprenez-lui à se mettre à la place de l’autre, à essayer de comprendre les problèmes de l’autre et à voir les choses objectivement.
  2. Expliquez-lui que les offenses des autres sont sans importance quand elles ne sont pas vraies. La confiance en soi est la chose la plus importante et nous ne pouvons pas être affectés par ce qu’on dit de nous.
  3. Évitez d’encourager les attitudes de colère et les comportements agressifs.
  4. Inscrivez-le dans des activités sportives extrascolaires pour vous aider à développer la force nécessaire pour faire face aux menaces. Les arts martiaux sont souvent une grande ressource.

Christophe P., éducateur et psycho-pédagogue
www.aef-dmoz.com
https://aef-dmoz.wordpress.com/